Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

1/4
Eduquer un enfant


Jean-Pierre Pourtois, Christine Barras et Nathalie Nisolle publient une Brochure réalisée avec le soutien de la Région wallonne par le CERIS (Centre de recherche et d’innovation en sociopédagogie familiale et scolaire, Université de Mons-Hainaut, Belgique).

Cette brochure destinée aux parents, qui vont l’examiner, la commenter et l’utiliser lors d’une réunion d’éducation familiale animée par un intervenant.
Ses objectifs sont multiples :
• Faciliter le contact entre intervenants et parents en leur présentant un guide accessible, attrayant et directement ancré dans la réalité familiale.
• Familiariser les parents avec les but de l’éducation familiale.
• Présenter un guide permettant aux parents de s’interroger sur leurs pratiques.
• Aider à animer les réunions parentales.
• Permettre aux parents de s’exprimer eux-mêmes sur ce qu’ils vivent en tant que mère ou en tant que père.

Le lecteur peut lire ce qu’il intéresse et laissez de côté, par exemple, la partie plus théorique.

La brochure a été réalisée à partir de l’ouvrage suivant :
POURTOIS Jean-Pierre, DESMET Huguette, L’éducation postmoderne, PUF, Paris, 1997, Réédité en 1998 et 2002.

Prix de vente : 10 €

2/4
PEDAGOGIE DU CHEF D’OEUVRE, Guide pratique

Une philosophie éducative, avant tout !
Cliquer pour voir l’article

Mémoire de master réalisé par Odile Loozen à l’Université de Liège : « Le Chef-d’œuvre pédagogique, pourrait-il être une alternative à l’évaluation externe certificative en fin d’enseignement primaire ? » (2016)


Voir aussi notre "Trait d’Union n° 37" : la pédagogie du chef d’oeuvre en expansion.

3/4
EVALUER SANS NOTER, publié par le LIEN

Cliquer pour voir l’article

Né du sentiment d’urgence qu’il faut au plus vire nous « désintoxiquer » de la note à l’école, ce livre entend relever un triple défi : convaincre les citoyens des méfaits sur l’éducation d’une estimation chiffrée, outil de sélection ; décrire des alrernatives non-chiffrées en matière d’évaluation ; s’interroger sur comment éduquer et évaluer sans exclure. Soit « dé-chiffrer l’humain ".
Une publication du LIEN (Lien international d’Éducation nouvelle)

4/4
7 FACILITATEURS

Le petit dernier de Jean-françois et Léo :
Cliquer pour voir l’article

Vivre du bonheur pédagogique

Depuis l’aube de son apparition, l’Humanité apprend  ! Et si elle s’est engagée dans cette voie salutaire, c’est que certaines conditions étaient réunies. L’objet de cet ouvrage est de répertorier, d’analyser, de comprendre, de rendre visibles et accessibles 7 facilitateurs.

Une seule et même question a servi de fil conducteur à cet écrit  : «  Qu’est- ce qui facilite l’apprentissage  ?  » Des milliers de réponses ont été ainsi exploitées pour en tirer des principes directeurs. En ces temps chahutés où le «  vivre ensemble  » est mis en question, «  l’apprendre ensemble  » mérite d’être exploré et exploité comme source d’expérience positive.

Editions Chronique Sociale
12,50 €

Les 4M, pour en finir avec les mythes de la note
Article mis en ligne le 14 novembre 2012
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Publié le 8 octobre 2012 by Anthony Lozac’h

Dans un article intitulé « La menace des notes », publié dans un ouvrage collectif (L’évaluation, une menace ?, PUF, 2011), Fabrizio Butera, professeur de pyschologie sociale à l’université de Lausanne, démonte les mythes qui fondent la légitimité de l’évaluation chiffrée dans nos systèmes scolaires. Le chercheur précise bien, faisant la différence avec une évaluation critériée et formative, qu’il entend par note une évaluation normative, la plus utilisée dans notre système scolaire. Il place son intervention dans le débat sociétal que représente la notation des élèves. L’objet de l’article est d’examiner « quatre présupposés qui fondent l’argumentaire le plus souvent utilisé pour soutenir l’utilité des notes et de donner des indications quant aux résultats de la recherche scientifique qui existent à ce propos. »

 Connaissez-vous ainsi les « quatre M du débat sur les notes » ? Fabrizio Butera conceptualise ainsi les arguments à déconstruire qui fondaient, jusque là, la légitimité de la note.

- Mesure : les notes contribuent à mesurer les apprentissages des élèves. Faux, les notes mesurent des performances, et dans des contextes donnés, donc avec relativité (voire les biais et effet de notation).

- Marché : les notes permettent de s’adapter au monde professionnel, au classement, elles familiarisent les élèves avec un système de récompenses et de punitions, de réussites et d’échec. Mais l’auteur montre que « l’incitation à la compétition amène les élèves à apprendre moins qu’on ne le pourrait et à développer des comportements antisociaux », comme la triche par exemple, qui se justifie par le fait que tout est bon pour réussir et obtenir les meilleures places ! Et ces comportements ont des chances de se reproduire plus tard dans le milieu professionnel. Pour l’auteur, « les notes reproduisent en classe le modèle d’une société libérale fondé sur la compétition ». C’est un « serpent qui se mord la queue ».

- Mérite : les notes symbolisent une justice distributive basée sur le mérite, qui permet de faire réussir les élèves en fonction uniquement de leurs résultats, et non de leur appartenance sociale. Mais, pour l’auteur, les conséquences de ce système sont paradoxales, faisant rentrer « par la porte de services les inégalités que la méritocratie voulait évacuer par la grande porte. » Les « études sur les effets des stéréotypes sur la performance ont montré que les formes d’évaluation qui rendent visibles les différences créent une menace pour les élèves appartenant aux groupes défavorisés. »

- Motivation : sans les notes, les élèves ne travailleraient pas. Mais, pas dans le sens attendu ! « Elles induisent plutôt des buts scolaires et académiques qui sont connus pour limiter la profondeur de l’investissement scolaire et la performance aux examens. »

En conclusion de cette étude basée sur les conclusions de la recherche, Fabrizio Butera introduit un cinquième M : la menace que constitue la note. Menace pour le sentiment de compétence de soi de l’ élève, surtout pour les élèves en difficultés voire en échec. L’auteur emploie l’image des « ressources rares », empruntée à Deutsch, où les « bonnes notes sont clairement décrites comme une denrée dont on a créé une offre délibérément limitée, comme les bonnes notes sont une clé dans le processus de sélection scolaire. »

En contrepoint de ce réquisitoire très lourd, qu’on pourrait penser partial, l’auteur prend le soin de préciser que « dans le domaine des apprentissages et de la motivation, on ne trouve pas de recherche qui témoigne d’un effet positif des notes […] avec peu de chance d’induire les élèves et les étudiants à étudier par plaisir, intérêt, ou tout autre forme de motivation basée sur les facteurs autonomes. »

 Fabrizio Butera se garde pourtant de prendre position dans un débat qui se contenterait de savoir s’il faut, ou non, supprimer les notes. Pour lui, « les notes pourraient être utilisées pour développer les compétences des élèves, si elles sont utilisées dans un but formatif. » Mais, dans la situation actuelle, « les notes ne produisent que de la menace et des réactions de survie scolaire. »


flèche Sur le web : Les 4 M