Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

24. Elève spectateur, acteur ou auteur ?
Réflexions d’André Duny dans « Dialogue »
Article mis en ligne le 1996
dernière modification le 30 juin 2008
logo imprimer

Dans la démarche de l’enseignement transmissif frontal, version dure ou version « soft », « la seule marge de manœuvre qui s’offre à l’élève est celle de recevoir des dépôts, de les garder et de les archiver. Dans le fond, ce sont les hommes eux-mêmes qui sont mis en archives. Rejetés en dehors de la recherche, en dehors de la praxis, il n’y a ni créativité, ni transformation, ni savoir. Plus les élèves s’emploient à archiver les dépôts qui leur sont remis, moins ils développent en eux la conscience critique qui leur permettrait leur insertion dans le monde comme »agent de transformation, comme sujets« (Paolo Freire). Dans les démarches technocratiques du »constructivisme mou« à la mode, (...) quelle activité réelle de création de concepts ? Quelles ruptures d’avec les modes de pensée antérieurs ? Quels enjeux de citoyenneté ? On intègre et assimile parce »qu’on ne remet pas en question les fonctions inavouées de l’institution : classement, placement social, légitimation, soumission à l’autorité.

Pourquoi s’étonner alors que les élèves soient assis devant leur poste de télé comme en classe et vice versa qu’ils s’assoient en classe comme devant leur poste de télé ? ils se préparent mentalement à ce regard sur le monde qui contribue à leur propre écrasement, à leur propre impuissance. Un regard de spectateur, pas d’acteur, encore moins celui d’un auteur qui construirait sa pièce et son destin. Sauf pour ceux qui feront ailleurs les apprentissages méthodologiques, ceux dotés, par leur activité en milieu stimulant, de dents longues et de forte confiance en eux.

André DUNY

DIALOGUE N° 81
(Printemps 95)
GFEN, 6, av. Spinoza, F 94200 IVRY


Forum
Répondre à cet article

Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22
Hébergeur : OVH