Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

1/4
Eduquer un enfant


Jean-Pierre Pourtois, Christine Barras et Nathalie Nisolle publient une Brochure réalisée avec le soutien de la Région wallonne par le CERIS (Centre de recherche et d’innovation en sociopédagogie familiale et scolaire, Université de Mons-Hainaut, Belgique).

Cette brochure destinée aux parents, qui vont l’examiner, la commenter et l’utiliser lors d’une réunion d’éducation familiale animée par un intervenant.
Ses objectifs sont multiples :
• Faciliter le contact entre intervenants et parents en leur présentant un guide accessible, attrayant et directement ancré dans la réalité familiale.
• Familiariser les parents avec les but de l’éducation familiale.
• Présenter un guide permettant aux parents de s’interroger sur leurs pratiques.
• Aider à animer les réunions parentales.
• Permettre aux parents de s’exprimer eux-mêmes sur ce qu’ils vivent en tant que mère ou en tant que père.

Le lecteur peut lire ce qu’il intéresse et laissez de côté, par exemple, la partie plus théorique.

La brochure a été réalisée à partir de l’ouvrage suivant :
POURTOIS Jean-Pierre, DESMET Huguette, L’éducation postmoderne, PUF, Paris, 1997, Réédité en 1998 et 2002.

Prix de vente : 10 €

2/4
PEDAGOGIE DU CHEF D’OEUVRE, Guide pratique

Une philosophie éducative, avant tout !
Cliquer pour voir l’article

Mémoire de master réalisé par Odile Loozen à l’Université de Liège : « Le Chef-d’œuvre pédagogique, pourrait-il être une alternative à l’évaluation externe certificative en fin d’enseignement primaire ? » (2016)


Voir aussi notre "Trait d’Union n° 37" : la pédagogie du chef d’oeuvre en expansion.

3/4
EVALUER SANS NOTER, publié par le LIEN

Cliquer pour voir l’article

Né du sentiment d’urgence qu’il faut au plus vire nous « désintoxiquer » de la note à l’école, ce livre entend relever un triple défi : convaincre les citoyens des méfaits sur l’éducation d’une estimation chiffrée, outil de sélection ; décrire des alrernatives non-chiffrées en matière d’évaluation ; s’interroger sur comment éduquer et évaluer sans exclure. Soit « dé-chiffrer l’humain ".
Une publication du LIEN (Lien international d’Éducation nouvelle)

4/4
7 FACILITATEURS

Le petit dernier de Jean-françois et Léo :
Cliquer pour voir l’article

Vivre du bonheur pédagogique

Depuis l’aube de son apparition, l’Humanité apprend  ! Et si elle s’est engagée dans cette voie salutaire, c’est que certaines conditions étaient réunies. L’objet de cet ouvrage est de répertorier, d’analyser, de comprendre, de rendre visibles et accessibles 7 facilitateurs.

Une seule et même question a servi de fil conducteur à cet écrit  : «  Qu’est- ce qui facilite l’apprentissage  ?  » Des milliers de réponses ont été ainsi exploitées pour en tirer des principes directeurs. En ces temps chahutés où le «  vivre ensemble  » est mis en question, «  l’apprendre ensemble  » mérite d’être exploré et exploité comme source d’expérience positive.

Editions Chronique Sociale
12,50 €

Non, Sire !
Article mis en ligne le 3 août 2009
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Oui, Sire, vous avez adopté la formule juste en rappelant, dans votre discours du 21 juillet, que l’économie devrait être au service de l’homme. Nous en sommes tellement loin.

Oui, Sire, vous avez très à propos souligné le fossé énorme qui sépare les principales victimes de la crise - celles et ceux qui perdent leur emploi - de certains cadres dont les rémunérations indécentes et les parachutes toujours dorés crient vengeance.

Oui, Sire, je ne peux que vous suivre quand vous plaidez pour les valeurs de "solidarité, convivialité, respect de l’autre".

Mais quelle cruelle déception quand vous réclamez un enseignement de qualité … dont le seul objectif mentionné serait de contribuer à "la reprise économique prochaine". Que la formation professionnelle des adultes soit réorientée vers les technologies du futur, bien d’accord. Mais l’enseignement obligatoire a d’autres missions.

Non, Sire !

Parler de l’enseignement, sans mettre les dimensions humaines au premier rang, c’est mettre nos concitoyens sur une voie dangereuse. Car, la solidarité et le respect de l’autre que vous prônez, cela s’apprend. La famille et l’école doivent jouer un rôle prépondérant dans ces apprentissages. Et, dans la société d’aujourd’hui, sur le marché scolaire, vivre ces valeurs au quotidien, c’est vivre à contre-courant. C’est souvent adopter des comportements en rupture avec les lois de l’économie capitaliste !

Au contraire, donner comme cap à l’enseignement de maintenir à tout prix la Belgique dans le peloton de tête des pays industrialisés, c’est s’engager davantage encore dans une logique de concurrence impitoyable dont on connaît les premières victimes chez nous et dans les pays du Sud : les pauvres.

Un enseignement de qualité doit certes développer le goût d’entreprendre, des compétences en sciences et en langues, une curiosité et une inventivité technologique. Mais cet enseignement doit plus encore aider les jeunes à discerner les urgences. Celles-ci sont aujourd’hui de l’ordre de l’humain et des solidarités : éveiller au goût du bien commun, au sens du service à la collectivité, au refus des violences et des exclusions.

Pourquoi y a-t-il chez nous pénuries d’infirmières et d’enseignant(e)s ?
Pourquoi y a-t-il un manque cruel de place d’accueil de la petite enfance ?
Pourquoi tant de personnes âgées vivent-elles dans la solitude ou la maltraitance ? Pourquoi les petits agriculteurs sont-ils broyés par la PAC ?
Pourquoi tant de violences sur nos écrans et dans la compétition quotidienne pour avoir la meilleure place ? Pourquoi si peu d’émotion et de mobilisation quand on sait qu’un enfant de moins de 10 ans meurt de faim toutes les 5 secondes dans les pays pauvres ? Pourquoi ?

Parce que, dans nos écoles, nous n’avons pas appris et n’apprenons pas à analyser les ravages causés par les "lois" des économies des pays "du peloton de tête", comme vous dites. Parce que nous n’apprenons pas à découvrir les chemins de traverse qui pourraient déboucher sur des alternatives au désordre établi. Parce que nous ne donnons pas aux jeunes assez d’occasions de vivre au quotidien les joies d’apprentissages solidaires.

Jacques Liesenborghs, ancien sénateur, auteur de "Ecoles : notre affaire à tous – Eduquer pour demain", Couleur Livres, 2008