Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Comment retrouver le plaisir d’enseigner grâce aux mauvais élèves
Article mis en ligne le 16 décembre 2015

par Michel Simonis
logo imprimer

Serge Boimare
Psychologue-clinicien, psychopédagogue et écrivain

Au delà de la provocation du titre - un défi comme les aime l’Education nouvelle - il y a un concept qui me parait receler des trésors, riche et nouveau à la fois pour moi, psychologue scolaire qui y trouve là une convergence avec quelques chemins déjà bien fréquentés : les « empêchés de penser ».
Voici donc de larges extraits d’un articles de Serge Boimare que je me permet d’agrémenter de quelques commentaires personnels, tout en soulignant des passages clés à mes yeux. De quoi permettre un parcours rapide, en diagonale, avant de revenir pour approfondir la visite.

Michel Simonis

Lire la suite sur le site de l’arcenciel

En avant goût, voici quelques citations :

  • Cessons de vouloir toujours expliquer l’échec scolaire par un manque de bases ou par un comportement inadapté. La résistance à l’apprentissage est d’abord la conséquence d’un fonctionnement intellectuel singulier aménagé sur des stratégies d’évitement des contraintes de l’apprentissage. Les enfants qui n’ont pas construit au cours de leurs premières expériences éducatives les compétences psychiques indispensables pour affronter le manque, l’attente, la règle et la solitude, sont très vite déstabilisés par des peurs infantiles.
    Dès qu’ils sont confrontés au doute, ils vont les camoufler derrière des idées d’auto-dévalorisation ou de persécution. Pour échapper à ce dérèglement nous les voyons alors inventer des stratégies anti-pensée de plus en plus efficaces, mais aussi de plus en plus invalidantes pour apprendre. C’est ce que j’appelle l’empêchement de penser.
  • Apprendre à lire, à écrire, à parler, à calculer, avec des représentations pauvres ou des représentations qui se rechargent en sentiments parasites dès qu’il y a déception ou remise en cause, est l’explication principale de l’échec scolaire.
  • Qu’il s’agisse de contes ou de récits mythologiques, des textes fondateurs des religions ou des civilisations, de romans initiatiques ou historiques, de fables ou d’épopées... Les textes fondamentaux sont la botte secrète, dont disposent les professeurs dans leurs programmes, pour traiter le problème que leur posent les réfractaires à l’apprentissage dans une classe ordinaire.
  • Mais le point fort de ces textes est de donner aux empêchés de penser la possibilité de faire enfin de l’image avec le mot entendu. Première étape avant qu’ils puissent en faire avec le mot lu par eux. Ces histoires qui traitent des grandes questions humaines vont les aider à mettre du mot et du récit sur les sentiments parasites et les inquiétudes qui perturbent leur fonctionnement intellectuel et à pouvoir les affronter au lieu de les évacuer.
  • Ces récits dégagent toujours, une règle, un principe, une morale, une leçon... qui aident à sortir du personnel pour aller vers l’universel. C’est sur ce chemin que se trouve le fil pour accéder à la dimension symbolique et renouer sans peur avec l’apprentissage.
  • Au moment où l’on cherche à relancer la formation des professeurs, il serait facile de mettre en place une action prioritaire qui ne coûterait pas trop cher : la co-réflexion entre professeurs. On ne peut pas faire mieux pour améliorer sa pratique pédagogique que de la mettre en mots pour la présenter aux autres. On ne peut pas faire mieux pour améliorer sa pratique pédagogique que de l’enrichir de celle des autres. On ne peut pas faire mieux pour trouver le plaisir d’enseigner que d’expérimenter à plusieurs et de se comparer. On ne peut pas faire mieux pour améliorer la cohésion groupale d’une classe difficile que de présenter aux élèves le modèle d’adultes qui se concertent et se soutiennent.
  • Toute mon expérience professionnelle m’a conforté dans cette idée : aucune formation ne peut être plus efficace pour un professeur que la co-réflexion sur la pratique menée avec ses collègues.

Forum
Répondre à cet article

Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22
Hébergeur : OVH