Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Un article d’Odette BASSIS
Les changements dans nos pays et la part prise par l’Education Nouvelle
Sur le site du LIEN
Article mis en ligne le 12 décembre 2012
dernière modification le 6 juillet 2016
logo imprimer

Extraits

Le 12 décembre 2012

Quelques réflexions, au-delà d’un présent immédiat, pour mieux situer les apports spécifiques de l’Éducation nouvelle dans leurs dimensions à la fois historique et interculturelle.

Une certaine foire de l’Éducation nouvelle ?

Les changements dans nos pays et la part prise par le LIEN, notamment avec les Rencontres de Mahdia ; l’appel à une « Refondation » de l’école en France dans un contexte qui met en mouvement des pôles de Sciences de l’éducation (séminaire sur les pédagogies nouvelles avec dix minutes pour y intervenir !) ; mais aussi l’ouvrage historique de l’Éducation nouvelle (1930-1970) sur « Réformer l’école » minimisant l’apport du GFEN (plan Langevin-Wallon) ; par ailleurs les rencontres de tous ceux qui se revendiquent dans leur histoire de l’Éducation nouvelle
… Bref, une certaine « foire de l’Éducation nouvelle », ouverte sur la place publique, s’installe, avec aussi cette percutante émission « in vivo » de l’école de Buzet (Belgique)

Nos apports

Dans ce contexte, me sont venues des réflexions, au-delà d’un présent immédiat, pour mieux situer nos apports spécifiques, concernant l’Education Nouvelle avec une dimension à la fois historique et interculturelle. Réflexions qui caractérisent nos enjeux et nos pratiques, dans la relation tant à l’école que dans toute formation, entre rapport « au savoir » et rapport « à savoir ».
Relation décisive qui tourne le dos à la fois au « traditionnel » (je dis et tu écoutes) mais aussi à des pédagogies « actives » centrées seulement sur l’enfant alors qu’il a à conquérir ce qu’il est lui-même grâce aux autres et au monde.
 Refonder l’école
Parler de refonder l’école, la pédagogie, la formation… comme facteur d’avancée dans notre monde en devenir, ce n’est pas de trouver un–des gadgets nouveaux mais plutôt d’avoir un regard nouveau sur ce monde avec ce qu’il a de précieux à nous apprendre et nous faire inventer.
Deux pôles
Deux pôles me paraissent importants, à croiser bien sûr :

• Aspect historique : comment se sont constitués les savoirs, dans quelque domaine que ce soit ? (...) Au travers de cela, mettre en relation avec une auto-socio-élaboration de nous-mêmes dans notre rapport aux approches et savoirs multiples du monde.

• Aspect interculturel : aucune création-invention ne s’est faite dans l’anonymat culturel et social. Plus les recherches avancent en histoire (et préhistoire !) plus on découvre des traces de « passation » des cultures, langues, regards et technologies nourries d’un ailleurs, ce qui donne plus de relief encore aux innovations qui s’en dégagent (...)
Donner saveur à savoir, c’est se sentir exister et saisir que tout savoir n’a de sens qu’issu de l’humain parmi les humains. (...)
Et c’est surtout l’enjeu de ce Tous capables qui est émancipation (du « cela va de soi », ou du « c’est ainsi ») et qui s’enracine dans une humanité partagée : chacun comme unique et pourtant indissociable des autres (...)

***

... L’objectif étant le lien entre ce qui peut se passer dans un apprentissage vécu comme démarche et ce qui se joue à une autre échelle, sur les plans créatifs, humains, sociaux… mondiaux. Émancipation pour chacun en même temps que travail avec ce qui n’est pas soi, où sont invitées, en les construisant ensemble, lucidité et solidarité.

En somme, des « invariants » à creuser, au travers de l’histoire et de nos histoires, au travers de notre culture et de nos cultures, pour faire germer ce qu’en effet vaut la peine d’être appelé « culture de paix ».

Odette BASSIS
Le 12 décembre 2012

LIRE TOUT L’ARTICLE ->

Note. Le Lien se prépare à participer au Forum Social Mondial qui aura lieu cette année à Tunis, en mars 2013.

P.S. :

Odette Bassis rappelle que le Congrès du GFEN aura lieu à Paris du 10 au 12 Juillet 2013. Le titre (provisoire) est : « Transformer l’éducation : quelles pratiques pour quels enjeux ? », à suivre dans le site www.gfen.asso.fr

Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.44
Hébergeur : OVH