Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Le JT d’Antenne 2 diffuse un reportage sur La Maison des Enfants à Buzet
Ce mercredi 19 septembre 2012

« Une école belge sans note où l’on apprend en s’amusant »

Article mis en ligne le 20 septembre 2012
dernière modification le 21 juin 2016
logo imprimer

Trois minutes de gloire au JT de France 2. Au préalable, le travail d’une journée pour trois journalistes (Caroline, Abdel et Jacques) qui ont fait un boulot remarquable : ils ont écouté les enfants. Je pense qu’ils ont rapidement perçu que c’était une clé pour comprendre et apprendre.

VOIR la vidéo et les commentaires reçus à la suite de l’émission...

09.19.2012
PETITE CAUSERIE PÉDAGOGIQUE
Categories : causerie

Aujourd’hui : écouter les enfants, ça aide en pédagogie.

Voilà ! Trois minutes de gloire au JT de France 2. Au préalable, le travail d’une journée pour trois journalistes (Caroline, Abdel et Jacques) qui ont fait un boulot remarquable : ils ont écouté les enfants. Je pense qu’ils ont rapidement perçu que c’était une clé pour comprendre et apprendre. Ensuite, ils ont choisi les images et les témoignages qui, vraisemblablement, allaient rencontrer une préoccupation majeure de quelques millions de Français. Sinon, pourquoi avoir isolé ces courtes interventions ?

Les enfants ont parlé de stress, de devoirs à domicile, de copains, de lecture et d’écriture, de projets d’avenir. Il faut les écouter, les comprendre et s’engager dans une pédagogie qui entende leurs discours. Ils sont assez simples et souvent très justes. Cela mérite quelques explications.

Demandez à un élève pourquoi il n’ose pas poser de question ou dire qu’il n’a pas compris. Il vous répondra qu’il a peur que l’on se moque de lui ou que de toute manière cela ne sert à rien. Le professeur a peur de ne pas avancer dans son programme.

Levez la peur du jugement, tant chez l’élève que chez l’enseignant, et l’enfant vous signalera, de multiples façons, qu’il est perdu. Ensuite, il vous dira s’il a compris ou pas. Et on pourra travailler.

Demandez à un élève pourquoi il se bat ou pleure en récréation. Il vous répondra qu’il a reçu un ballon de foot en plein visage, qu’on lui a pris sa collation, que les grands l’ont fait tomber, qu’il n’a rien pour jouer, qu’il n’a pas de copain.

Permettez aux enfants de ne pas être ensemble, au même moment, au même endroit à faire plus ou moins les mêmes choses avec, en général, leur seul corps pour s’occuper (et un ballon de foot qui traverse l’horizon de manière aléatoire) et tout va changer. Valentin en a témoigné il y a peu dans son article « Pendant les récréations ».

Demandez à un élève s’il aime ou redoute rentrer à la maison avec son bulletin noté. La réponse dépendra de bien autre chose que de la certitude que ses parents l’aiment…

Levez le jugement et la comparaison et nous trouverons des enfants joyeux et fiers d’expliquer ce qu’ils ont appris de nouveau et des parents engagés dans une logique tout autre : parler de l’école avec leurs enfants. Parler vrai, juste et à bon escient ! Et, s’il le faut, venir parler avec nous, les enseignants qui n’allons pas nous retrancher derrière des notes pour évoquer une personne.

Il est encore une multitude d’exemples à ce sujet, mais cela suffit. Ils sont parlants car ils sont véridiques. C’est ce qu’on appelle la puissance du réel.

Depuis longtemps, les universitaires parlent de l’école, des enseignants, des élèves. Les enseignants, eux, parlent de l’école, des élèves, des parents. Les parents parlent de l’école, des élèves, des enseignants. Et les élèves… ? Il est temps qu’on les écoute pour faire avancer la pédagogie.

A méditer et à partager avec qui vous voulez.

Jean-François Manil

P.S. :

Caroline Sinz, la journaliste, a été intéressée par des articles, lus sur nos sites, parlant de l’abandon légal de la notation et son remplacement par une évaluation formtive quotidienne fournie aux parents... et elle a décidé sa direction.
Regardez, enregistrez, réagissez, cela fera plaisir aux friands d’Education Nouvelle...

En toute cordialité,
Charles

Sur le site du GBEN, nous publierons les messages reçus à la suite de l’émission.

Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.44
Hébergeur : OVH