Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Atelier « Enfants en difficulté »
Article mis en ligne le 11 septembre 2012

par Michel Simonis
logo imprimer

« Enfants en échec ou Enfants en difficulté ? Travail à partir d’une grille de Philippe Meirieu. »

Animation
Michel Simonis (GBEN)
(Atelier de 2 heures)

1. DESCRIPTIF (voir la présentation des ateliers)

2. DISPOSITIF :

Le groupe est réparti entre les A et les B.
1. Chacun reçoit une liste d’assertion à classer en deux catégories (une feuille pour chacun - Voir le document en annexe).

Travail individuel (10 - 15 min.) suivi d’un rapide échange.

2. Tous les A reçoivent une des deux colonnes du doc de Meirieu. 
Tous les B reçoivent l’autre colonne.

Les A et les B se réunissent séparément.
Consigne : « inventer ou retrouver la partie qui fait vis-à-vis dans l’autre colonne »

Travail individuel puis discussion en groupe.

3. Distribution du tableau entier aux groupes. 
Lecture, comparaison avec son propre travail.
Echanges.

4. Partage en grand groupe et questions, remarques...

Les compléments du dossier seront envoyé à ceux qui ont laissé une adresse. Ils pourraient figurer sur Agora.
NB. Etiennette Vellas a pu donner son avis sur ce dossier et grâce à elle, Philippe Meirieu a aussi pu donner son avis avant l’envoi aux participants.

3. ANALYSE REFLEXIVE

Dès le départ de l’atelier, un vent de protestation se lève :

  • quoi, vous parlez d’enfants en échec ? Alors que nous savons maintenant qu’en EN on ne parle pas d’enfants en échec. Ou plutôt qu’on se demande « Quand ils ne réussissent pas, qu’est-ce que je change à ma pratique ? ».
    Et puis quoi ? Il y a aussi « Le triomphe par le ratage même » (l’atelier percutant de Odette et Michel Neumayer) !
    Je dois nuancer : nous ne parlerons pas « d’enfant » en échec mais de « situation » d’échec. Plus précisément, on a des enfants qui se sentent en échec, vivent leur situation comme un échec.
    On ne mettra pas d’étiquette sur la personne de l’enfant, mais on tentera de comprendre la situation dans laquelle il se trouve.
    Ce qui est tout différent et ouvre de nouvelles perspective : changer de regard.
    Changer notre regard sur l’enfant et sa situation scolaire.
    Aider l’enfant à changer de regard sur ce qu’il vit en classe.
    Aider le groupe à se construire un autre regard sur l’échec et la réussite des uns et des autres...

Une fois la démarche mise en route, les deux groupes travaillent en autonomie. Et ça discute ferme.
On se pose des questions pratiques. Comme souvent, et comme partout, je constate un besoin essentiel des enseignants de partager leurs difficultés avec les autres.
Et le grand paradoxe est que plus souvent, on se sent impuissant en essayant de donner des solutions.

En fait, c’est en sachant écouter et accueillir ce qui se dit et ce qui se vit émotionnellement, qu’on est le plus aidant.

Et à la fin, dans l’échange final, la tentation est grande de poser à l’animateur des questions pratiques : « dans telle situation, comment faire ? ». Et on arrive vite sur des problématiques qui débordent des questions d’apprentissage et touchent à des questions plus larges : troubles du comportement, troubles du langage...

« Vous qui êtes psychologue, vous allez nous dire ce qu’on fait avec un enfant qui (se comporte comme ci)... »

Comme quoi, ici comme ailleurs, les enseignants sont confrontés à des questions difficiles qui prennent le pas sur l’apprentissage proprement dit.
Et si la vie de la classe fait semblant de les ignorer, c’est bien entendu le processus d’apprentissage lui-même qui est touché...

4. DOCUMENTS : VOIR le dossier de cet atelier...


Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22
Hébergeur : OVH