Bandeau
GBEN
Slogan du site

Le site du Groupe belge d’Education nouvelle.

Vers l’Education du Futur
Article mis en ligne le 8 décembre 2011
logo imprimer

Document qui nous a servi de base de travail pour la rencontre du 16 novembre 2011.
Voir notre production collective et le dispositif de la démarche de Charles Pépinster.

1. Rôle de l’Education du Futur.

Ecole et société s’influencent mutuellement. Le propos de l’Education du Futur (E. F.) est d’inventer et de vivre, dès l’enfance, une authentique citoyenneté. Quelle citoyenneté ? Celle faite de création, de solidarité (processus fraternel différent de l’idée de justice, d’égalité des chances) et de non violence mais consciente des mouvantes réalités économiques, politiques, écologiques, culturelles et sociales. Il s’agit de transformer la société qui, à son tour, transformera l’Education.

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour transformer le monde », selon Nelson Mandela, Prix Nobel de la Paix.

2. Respect des cultures et des personnes.

La diversité des mœurs, des mythes, de l’expression artistique, des langues s’oppose à l’uniformisation culturelle mondiale sur un modèle basé sur les lois actuelles du marché. L’E.F. défend la diversité des cultures qui enrichit le monde et le protège d’une domination réductrice.

Elle défend aussi l’idée que tous les hommes, quelles que soient leurs cultures, peuvent communiquer entre eux car ils participent tous de la même condition humaine. L’E.F. réaffirme sa confiance dans la capacité de chacun à prendre en main, après une éducation réussie, ses apprentissages et de décider de sa vie personnelle et communautaire, donc de vivre en liberté avec les autres. Chaque être humain est créateur. Sa capacité créatrice émane de l’unicité de sa personne, sans dissocier, ni créer donc de niveaux entre affectivité et rationalité. La diversité des points de vue et des voix doit être respectée et valorisée. La maturation aussi.
Il faut ainsi entendre que le bambin a raison de renâcler aux pré/apprentissages formels qu’on chercherait à lui imposer à la place du jeu enrichi par l’adulte, jeu que sa nature le pousse à préférer comme vecteur universel de développement, et seul lieu de création originale et d’expression libre. La période ludique pure est transitoire ; elle laissera des traces fortes.

3. Résistance créatrice.

Loin de la tradition éducative compétitive, aujourd’hui recentrée sur la consommation, l’E.F. entre en résistance positive contre :

  • la transmission dogmatique, donc docilisante, des savoirs qui nie la capacité de tous à construire ensemble, à partir des avancées des sciences et techniques, des connaissances nouvelles raisonnées. L’E.F. veut qu’on associe toujours acquisition et émancipation.
  • les idées qui conduisent à hiérarchiser les intelligences au moyen de tests.
    Tous sont immensément dotés (cent milliards de neurones) donc capables, mais certains ont connu des tiraillements par de malheureuses circonstances de vie qui usent leurs énergies et réduisent donc le champ de leurs compétences. Les hommes ont vocation à combattre les fatalités, à inventer la résilience. Ils ont une propension naturelle à secourir les faibles, la solidarité étant un héritage de l’évolution.

5. Expérimentation innovante.

L’E. F. n’attend pas seulement les réformes venues d’en haut ; chaque lieu éducatif peut se réformer sans cesse. Par tâtonnements, par inclination à l’innovation en cohérence avec ses finalités. Toute connaissance est une construction à la fois personnelle et collective. C’est une quadruple rencontre : rencontre avec l’inconnu et ses sources, avec les autres apprenants, avec le facilitateur d’apprentissage et avec soi-même. Le bonheur d’apprendre est un droit garanti par une attention positive. L’estime de soi est une conséquence logique de la réussite ; tout apprentissage difficile réalisé avec succès est thérapeutique.

6. Evaluation cohérente.

L’E. F. bannit les classements, les notations traditionnelles, l’exaltation des vainqueurs et la honte des vaincus. L’évaluation des acquis personnels et collectifs doit être de même nature que les modes d’apprentissage : créative et solidaire, cohérence oblige.

Grandir est un processus qui prend du temps. Il se fait par approximations successives. Nul ne peut être jugé pour ses erreurs donc noté et exclu du privilège d’apprendre bien que l’auto/exclusion puisse exister. Les progrès de chacun ne peuvent se comparer.

7. Pédagogie en extension.

L’E.F. dépasse le cadre scolaire, elle est en perpétuelle expansion. Elle concerne tous les secteurs de l’activité humaine. Elle veut promouvoir la formation tout au long de la vie. Dès lors, elle s’inscrit, par son principe d’invention et de fraternité, dans la sauvegarde et le développement du patrimoine écologique de la planète. Elle vise donc un développement compatible avec l’affrontement des périls menaçants et une simplicité de vie heureuse pour tous les peuples de la terre.

8. Culture de paix.

L’Education du Futur préconise, en priorité, la non violence institutionnelle en éradiquant d’abord la compétition, les récompenses et les punitions qui nourrissent les conflits. Elle propose l’entente par le dialogue approfondi et les formes d’autogestion propres à responsabiliser et valoriser chacun.

Elle veut permettre de vivre la tendresse.

9. Nouvelles connaissances, nouvelles habiletés, nouvelles valeurs.

Que faut-il faire apprendre de nouveau, vu l’évolution du monde ?
Quels enseignements sont devenus obsolètes, à retirer des programmes actuels ? 

Ch.P
pepinstercharles@ymail.com


Une auberge espagnole pédagogique

L’an passé, les 23 et 24 août, une trentaine de pionniers Educ/Nouv ont vécu à Buzet, deux journées de gourmandises pédagogiques partagées, les uns initiant les autres pour faire fleurir des écoles tout autres.

Cette année, on remet le couvert...

Auberge espagnole pédagogique

des 24 et 25 août de 9 h à 16/17 h
à Buzet

Voici ce qui est prévu : on se rencontre librement sur le mode de la non directivité intervenante chère à Michel Lobrot (Madame Google vous en apprendra…), ce qui veut dire que ce sont les participants qui décident du programme, qui se groupent au gré de leurs désirs, sur des thèmes choisis par eux, avec des vieux briscarts branchés au courant alternatif ou avec des virginités utopistes. Chacun peut intervenir en proposant une démarche, des documents.
Tout quiconque peut proposer une assemblée générale, une vidéo, un témoignage, un verre de l’aménité, une séance d’impro… à sa guise.

A l’auberge de Buzet, on trouve de la vaisselle, des tables et des chaises et on se partagera les bonnes choses gastronomiques apportées quand on salivera devant l’étalage .

Namur n’est pas loin, son Auberge de Jeunesse est très prisée. On peut s’y retrouver le soir du 24 pour une virée vespérale…

PAF sur place de 2 à 5 euros (maximum) pour les deux jours à glisser dans la fente d’une boîte jolie.

Collecte des inscriptions nécessaires sur :

pepinstercharles@yahoo.be



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

1996-2017 © GBEN - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22
Hébergeur : OVH